Dossiers

Assistants vocaux : la voix au service de la maison connectée

Les enceintes connectées dotées d’un assistant vocal se multiplient sur le marché et investissent nos maisons. Que ce soit pour activer certains appareils connectés, écouter de la musique sur Spotify ou Deezer, lire une recette de cuisine à haute voix ou contrôler la température intérieure, leurs fonctionnalités ne cessent de s’étendre.


Après le lancement aux États-Unis de l'Amazon Echo en 2015, intégrant l'assistant vocal Alexa, Google riposte l'année suivante et lance Google Home, une solution connectée sous forme d'enceinte exploitant Google Assistant. Désireux d’investir également ce marché, Microsoft propose Cortana. C’est ensuite au tour d’Apple de lancer son HomePod et plus récemment Xiaomi. D’autres société et starts-up essayent également d’investirent le marché avec  Snips, Vivoka…

 

Zoom sur quelques-uns de ces assistants vocaux.

 

Google Home


Première enceinte « intelligente » à commande vocale, Google Home est également le premier appareil à inaugurer Google Assistant dans la langue de Molière. Avec son système de divertissement, d'assistance et de pilotage des objets connectés, Google Home prend sa place dans les foyers. Cette enceinte mesure seulement 14 cm de haut et 9 cm de diamètre. La partie supérieure de l'appareil accueille une surface tactile qui, d'un simple effleurement, permet l'activation du système ou le réglage du volume sonore. À l'arrière de l'appareil, on retrouve une seule et unique touche, qui permet de désactiver le micro. Une fois l’enceinte branchée, les leds du dessus de l'appareil s'éclairent et une voix féminine invite l'utilisateur à télécharger l'application Home. Ensuite la configuration est très simple : l'application détecte l'appareil et l'utilisateur doit insérer les codes d'accès pour le relier au réseau Wi-Fi. La synchronisation s'effectue en moins de deux minutes. Google Home est prêt à l'emploi.

 

Amazon Echo

Sur la partie supérieure de l'enceinte se trouvent les boutons de commande, lesquels ne sont pas tactiles mais mécaniques. On retrouve ainsi deux touches autorisant le contrôle du volume, une autre pour couper le micro de l'assistant et une dernière pour activer Alexa sans prononcer son nom ou bien arrêter la lecture d'une de ses réponses. Il y a 7 micros sur la façade supérieure de l'Amazon Echo, avec pour objectif de proposer une captation de voix omnidirectionnelle, efficace en champ proche et en champ lointain.

 

Zac de Vivoka

Société basée à Metz spécialisée dans les technologies de reconnaissance vocale et de l’Intelligence artificielle, Vivoka a imaginé Zac, petit raton-laveur holographique par lequel on peut contrôler tous les équipements connectés de la maison à la voix. Un système intelligent, est capable de comprendre des phrases en langage courant du type : « Zac, est-ce que tu peux allumer les lumières, augmenter le chauffage, baisser les volets, etc. » Zac est non seulement capable de comprendre tout ce qu’on lui dit, mais également d’exécuter directement toutes les commandes. 

 

Snips

La plate-forme vocale de Snips combine à la fois :  la détection de "hotwords", ces mots à prononcer pour "réveiller" l'assistant vocal, la reconnaissance vocale qui transforme les paroles de l'utilisateur en texte, la compréhension du langage naturel qui traduit ce texte en instructions pour la machine et la génération de réponses vocales. De quoi programmer son réveil en lui disant : « Réveille-moi mercredi prochain à 7h avec Shakira », ou commander à son réfrigérateur connecté : « Ajoute de la soupe à ma liste de courses ». La spécificité de la plate-forme de Snips, est de sécuriser les informations de l’utilisateur et de ne pas envoyer ses données sur le net contrairement à Google Home ou Amazon Echo.