Innovations

Détecter le coronavirus avec son smartphone

Sabine Szunerits, Professeur des Universités à Lille, attachée à l’Institut d’Électronique, de Microélectronique et de Nanotechnologie (IEMN), a mis au point avec ses confrères lillois une technique permettant de faire une lecture électrochimique d'un prélèvement, directement via son téléphone. Grâce à une clé USB et une bandelette de détection, on peut savoir au bout de 10 minutes, si l’on est négatif ou positif au COVID 19.


Comment cela fonctionne ?


Ce système est basé sur un smartphone auquel on connecte une clé USB. Sur cette clé, on branche une petite bandelette de détection avec une gouttelette d'échantillon. Au bout de dix minutes, on peut savoir si l’on est négatif ou positif. C'est un spécialiste qui doit collecter l’échantillon. « On est en train d'améliorer la procédure et si tout va bien, il sera possible de faire ce test avec la salive ».

Le principe de ce nouveau test est proche de celui d’un test antigénique : il s’agit de déposer un échantillon de prélèvement nasopharyngé sur une fine bandelette, abritant un récepteur chargé de rentrer en contact avec les protéines du coronavirus. Parmi ces protéines, l’une d’elle appelée spike - également ciblé par les vaccins contre le Covid-19 - fait réagir une électrode en produisant un signal électrique spécifique.


L’application est alors capable de mesurer l’intensité de ce signal électrique, marqueur numérique de la présence de coronavirus. En dix minutes, le logiciel est capable d’évaluer la présence du virus, mais également la charge virale.

Aller vers un test salivaire

L’équipe chargée du développement de ce test évoque de son côté un niveau de fiabilité proche des 90 %.

L’idée est de pouvoir industrialiser rapidement ce test [..] et l’ergonomiser pour que chacun puisse le faire sous la forme d’un test salivaire (plus simple à réaliser qu’un prélèvement nasopharyngé qui nécessite un écouvillon) ” explique David Devos, Professeur de pharmacologie médicale au CHU de Lille.

À suivre de près

L’équipe de chercheurs de Lille est en attente d’un industriel capable de produire massivement ce nouveau kit de test tout en obtenant l’aval des autorités sanitaires.

Les plus' :

  • Il sera possible de se tester soi-même
  • Efficace en 10 minutes
  • Bonne fiabilité