Dossiers

ET SI LES SERIOUS GAMES CONTRIBUAIENT AU BIEN-VIEILLIR ?

Avec l’avènement du numérique, l’industrie du jeu vidéo connaît un essor fulgurant.
Dans ce secteur, les “ serious games ” (jeux sérieux) sont en plein développement.
Par le divertissement, ces jeux vidéo, favorisent une stimulation intellectuelle
et corporelle. Des études démontrent qu’ils ralentissent le déclin des capacités cognitives (mémoire, raisonnement, coordination des mouvements, perception de l’environnement…).
Une solution non-médicamenteuse qui semble faire ses preuves.


MIEUX QUE LES JEUX DE CARTES !

Les jeux vidéo sollicitent simultanément différentes capacités chez un individu : cognitives, sensorielles, psychomotrices, imaginatives... plus que les jeux de cartes ou les jeux de plateau. L’impact sur le joueur est immédiat. Très largement stimulé, il garde une trace mémorielle forte d’autant plus que les actions sont amenées à être répétées. De quoi allier l’utile à l’agréable.

 

LUDIQUES ET PÉDAGOGIQUES

La vocation première des serious games est de rendre ludiques l’apprentissage, l’entraînement et la diffusion d’informations. Source de motivation et d’enthousiasme, ils invitent l’utilisateur à interagir. Chacun peut jouer à son rythme, développer sa capacité de concentration et renforcer la confiance en soi (le joueur est très fréquemment encouragé au fil des différentes étapes).

“ RAJEUNIR LE CERVEAU ” !

Les études le prouvent : en faisant travailler sa mémoire et sa vivacité d’esprit, il est possible de ralentir, voire d’enrayer le vieillissement du cerveau et le déclin des capacités cognitives.

Plus on stimule régulièrement le cerveau, mieux il se porte. Et comme le cerveau a la capacité d’influer sur bon nombre d’organes, il est important d’en prendre tout particulièrement soin ! Les jeux vidéo pour séniors, qui ont l’art d’activer “ le cerveau ”, s’avèrent utiles et efficaces pour aider les personnes âgées à rester alertes et à améliorer leur quotidien, à court et long terme.

 

DES SERIOUS GAMES A VISÉE THÉRAPEUTIQUE

Bon nombre de serious games ont été créés pour “ redynamiser le cerveau ”. En voici quelques exemples.

* NEURORACER : Retarde le déclin des fonctions cognitives

Ce serious game a été élaboré par des chercheurs de l’université de Californie à San Francisco. Il a été testé sur des séniors qui ont joué régulièrement à hauteur d’1 heure, 3 fois par semaine pendant 12 mois. Les résultats ont montré des améliorations significatives quant à leur capacité de concentration, leur mémoire à court terme et l’exécution de plusieurs tâches simultanées.

 

* HAPPYNEURON : Favorise un entraînement cérébral.

Développé par une société lyonnaise, dans laquelle intervient un neurologue de renom, ce serious game propose plusieurs mini-jeux. Un programme personnalisé favorise le travail de la mémoire des mots, tout en sollicitant l’attention visuelle et les facultés de raisonnement.

* MEMO (MEMORY AND MOTIVATION) : Prévient les maladies neuro-dégénératives.

L’association niçoise, Innovation Alzheimer, a développé avec l’aide d’ingénieurs, de cliniciens et de chercheurs, une plateforme web de stimulation cognitive nommée MeMo. Elle permet aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, ainsi qu’aux séniors soucieux d’entretenir leurs fonctions cognitives, de s’entraîner régulièrement chez eux et de suivre leur évolution de manière autonome.

 

* AZAGAME : Veut aller encore plus loin.

Actuellement à l’état de projet, ce serious game promet d’être un outil d’aide au diagnostic médical sur l’évolution de la maladie d’Alzheimer et autres pathologies assimilées. D’autres réfléchissent au lancement d’une gamme de services et d’exercices sur tablette (Kodro) dont la vocation serait de stimuler les fonctions cognitives et de ralentir l’apparition de maladies neuro-dégénératives.

 

* PRÉVICHUTE : Alerte ou sensibilise les séniors et les aidants.

Cette application brestoise met en scène, en 3D, les déplacements d’une personne dans un appartement. L’objectif est de repérer les aménagements facteurs de chutes et de trouver les adaptations nécessaires pour les éviter (disposition du mobilier, escaliers, etc.). Ce jeu est également utilisé par les aidants et le personnel soignant en gériatrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.