Innovations

Murs Marianka : des surfaces tactiles accessibles à tous

Créée en juillet 2017 par Margaux Bardou, à l'issue d'une formation artistique en design, métier d'art et nouvelles technologies, le cabinet de design d'espace Marianka développe des surfaces amovibles dotées de fonctionnalités interactives, grâce à une technologie brevetée, baptisée La Matière Bavarde.


Comment ça fonctionne ?

La start-up a mis au point une gamme de produits de sous-couches (enduits, mortiers, mais aussi panneaux de bois), qui permettent de transformer tous types de revêtements muraux (à condition qu'ils ne dépassent pas 2 centimètres d'épaisseur) en matières actives. "Ces matériaux permettent de créer des zones d'interactions qui fonctionnent comme des interrupteurs de grandes surfaces, à la fois invisibles et ergonomiques et qui offrent des possibilités infinies d'aménagement d'espaces connectés et interactifs", souligne Margaux Bardou. Plus besoin de boutons et interrupteurs. A peine effleurés, les murs, les sols ou les cloisons amovibles transmettent l'information (son, lumière...).

La main effleure le mur et la lumière s’allume. Ou s’éteint. Les surfaces sont désormais fonctionnelles, sensorielles et interactives. Connectées. Aucune technologie, pourtant, n’est visible. En développant des matériaux de sous-couche interactifs, la start-up offre à toutes les surfaces la possibilité de se doter de fonctionnalités inédites : un mur peut devenir interrupteur, un sol peut chanter, une cloison joue avec des enfants, un sol prévient d’une présence en envoyant une notification sur un système... 

 

Des projets en faveur des personnes à mobilité réduite

Les applications d’une telle technologie sont encore innombrables : domotique, enseignement, jeu, sécurité, environnement de travail, handicap... "Nos surfaces connectées peuvent intéresser de nombreux publics, à la fois des entreprises et des particuliers. On peut imaginer l'aménagement d'espaces ludiques pour des enfants, de lieux mieux adaptés pour les personnes âgées ou les malvoyants, pourquoi pas de laboratoires qui nécessitent des normes d'hygiène spécifiques", précise Margaux Bardou.

La surface pouvant être de grande dimension, il est possible d’utiliser cette sous souche sur une zone de 1m2 par exemple (ou bien plus selon les besoins). Ainsi on ne cherche plus la zone à activer. Pratique pour des personnes à mobilité réduite par exemple, qui peuvent ainsi accéder plus facilement aux « interrupteurs ».

En cours de développement
Plus d’infos :
https://marianka.fr/

Les plus' :

  • En faveur de l’accessibilité
  • Esthétique