Innovations

Une imprimante 3D pour stimuler l’appétit et faciliter la déglutition

Ceci n’est pas une cuisse de poulet !



On pourrait le croire, mais il s’agit en réalité d’une purée, cuisinée et reconstituée en forme de cuisse de poulet. Vous vous demandez sans doute comment est réalisée cette forme ?
Grâce à ce que l’on appelle une imprimante 3D qui « imprime » des textures goûteuses et nutritives.
Objectif : proposer des assiettes plus appétissantes aux personnes ayant des difficultés de déglutition ou de mastication et qui ont recours aux aliments mixés.

Problèmes de dents ou difficultés à saliver, faiblesse de mastication, de déglutition… Nombreuses sont les personnes âgées touchées par ces handicaps et qui, de ce fait, ont tendance à mal ou moins se nourrir. C’est pour elles que ce projet d’imprimante 3D, soutenu par la Commission européenne, a été lancé. Trois ans d’études, menées par des médecins, des scientifiques et des techniciens de plusieurs pays, ont été nécessaires avant sa réalisation par l’agence allemande Biozoon Food Innovation, en association avec le fabricant Foodjet. Cette imprimante a été baptisée PERFORMANCE*.


Comment ça marche ?

Les purées sont cuisinées à partir d’aliments mélangés, viandes, poissons, légumes auxquels sont ajoutés des nutriments. Les desserts sont réalisés à partir d’ingrédients pâtissiers. Ces purées sont ensuite liquéfiées et mixées avec des agents liants naturels. Après cuisson, elles sont introduites dans les cartouches de l’imprimante qui compose dans l’assiette une jolie présentation d’ingrédients de couleurs différentes. L’appétit s’en trouve stimulé et l’alimentation devient plus équilibrée.


Et demain…

Si ces imprimantes 3D existent déjà dans le domaine industriel (certaines maisons de retraite l’utilisent), les ingénieurs réfléchissent à un modèle « individuel ».
Chacun pourra concevoir chez lui des plats adaptés à ses goûts et à ses besoins. À suivre !


Pourquoi l’avoir appelée « imprimante » ?

Nous avons tous du mal à associer alimentation et imprimante. Et pour cause, une imprimante imprime sur du papier et là, nous parlons de nourriture. En fait, ce terme a été utilisé car l’impression des ingrédients sous forme de purées se fait par couches successives, ce qui est le principe des imprimantes 3D que l’on retrouve déjà dans de nombreux secteurs d’activités : jouets, vêtements, industrie de pointe (aéronautique, industrie spatiale…).

Plus d’infos : http://biozoon.de/en/products/seneopro/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.